Image
Promedical AG

Bleicherei Streiff AG

Promedical AG est issue de la blanchisserie Streiff AG, qui fabriquait et blanchissait des tissus de toutes sortes, telles que des couches, des compresses de gaze et des pansements. C'est en 1994 que Promedical est fondée.

 

Aujourd'hui, l'entreprise propose des instruments métalliques, du matériel chirurgical ou encore des champs pour le bloc opératoire, permettant d’offrir un large éventail de produits allant jusqu'à l'assemblage de sets et packs chirurgicaux personnalisés. Depuis 2010, elle dispose de 1'000 m2 de salles blanches de classe 8 selon la norme ISO 14644-1 et de plus de 10'000 m2 d'espace de stockage.

À l'ouest de Glaris, dans le Brunnenstübli, au pied du Vorderglärnisch, à environ 635 m d'altitude, jaillissent les sources de l'Oberdorf- ou Strengenbach. C'est grâce à l'eau douce de ce cours d'eau que cinq blanchisseries s’installent sur ses rives. Entre 1850 et 1900, environ quatorze imprimeries de tissus sont actives à Glaris. Leur nombre augmente aussi vite que celui des blanchisseurs des tissus imprimés, ceux qui étaient chargés de rendre les textiles hydrophiles (absorbants).

1863
La blanchisserie Streiff est fondée à Glaris par David Pabst, Johann Speich et Johann-Heinrich Streiff
Image
David Pabst, Johann et Johann Heinrich Streiff fondent le Streiff blanchissant

De son père Michael Streiff, Johann Heinrich Streiff hérite d'un terrain et de la villa associée en 1861 où auparavant opérait une scierie. Dès la création de l’entreprise, toutes les installations sont achetées en Angleterre et le site de production est investi. David Pabst est celui qui apporte un capital financier à la co-entreprise.

1870
La blanchisserie se spécialise dans l'impression textile suite au rachat des parts de Johann Heinrich Streiff

Johann Heinrich Streiff rachète les parts de David Pabst et Johann Speich et poursuit les activités de blanchisserie de la société. Depuis sa fondation, il se spécialise également dans l'impression textile, en particulier l'impression de Yasmaskappen ("casquettes turques") et vit toute l'industrialisation, qui à cette époque, existe aussi dans le Glarnerland.

1913
Spécialisation dans la gaze et les bandages pour se démarquer de la concurrence
Image
Bleicherei Streiff AG

La lourde concurrence de la Hollande et de l'Alsace – possédant des emplacements plus rentables – le contraignent à renoncer très tôt à l’imprimerie textile et à se spécialiser dans le blanchiment de gazes et de bandages.

 

Cette réorientation est exploitée par de nombreuses missions militaires pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale. Durant cette période, la Suisse constitua un important stock de matériel de pansement d'urgence, qui est stocké dans des cavernes de montagne spécialement aménagées à cet effet.

1938
Début de la production de pansements en plâtre.
Image
Bandages en plâtre

La blanchisserie Streiff est le premier et pendant 30 ans le seul fabricant de pansements en plâtre de Suisse.

1945
Lancement de la production de coton hydrophile

Mise en service du blanchiment en flocons, c.-à-d. de la production de coton hydrophile. Quelques années plus tard, la gamme de produits est complétée par une autre étape, la décoloration.

1955
Heinrich Streiff décède. Son fils Christian Streiff - à la troisième génération - prend en charge la gestion de la blanchisserie Streiff
Image
Heinrich Streiff

Il se rend vite compte que le blanchiment ne peut plus être à la pointe de la technologie sans de grandes innovations. Des investissements importants sont inévitables. Les machines et équipements antérieurs sont obsolètes et doivent être renouvelés d'urgence. Christian Streiff explique à ses frères et sœurs impliqués dans la blanchisserie que des investissements doivent être faits sinon l’usine fermerait. Cependant, les trois frères et sœurs votent contre le plan d'investissement.

1958
De nouvelles innovations voient le jour avec Christian Streiff à la tête de la blanchisserie
Image
Christian Streiff

La même année, Christian Streiff décide de racheter les parts de ses frères et sœurs et devient l'unique propriétaire de la blanchisserie. Les innovations techniques qu’il apporte sont basées sur les étapes de production du procédé de blanchiment.

La même année, Christian Streiff décide de racheter les parts de ses frères et sœurs et devient l'unique propriétaire de la blanchisserie. Les innovations techniques qu’il apporte sont basées sur les étapes de production du procédé de blanchiment.

LES SEXTONS : achetés en Angleterre pendant l'industrialisation, les sextons – des énormes marmites - servaient au blanchiment proprement dit. Ceux-ci sont remplacés en 1958 par des pièces beaucoup plus grandes provenant d'Allemagne, faits d’acier inoxydable et en fonte. Cela, empêche également, les particules de rouille de contaminer les matériaux de pansement blanchis cliniquement.

 

La « HÄNGGITURM » (« tour qui pendait ») : un bâtiment à suspension pneumatique, datant de 1863, devient obsolète. Sa fonction pendant des décennies : le séchage du tissu blanchi. La construction en bois était une construction à colombages avec un raccord de volet monté verticalement.

 

LES CADRES DE TENSION : La « Hänggiturm » est remplacée en 1958 par une charpente. Le cadre d'étirage était une installation de 25 m de long avec un séchoir, qui soufflait de l'air chaud sous le cadre sur les textiles étirés, et un rouleau sur lequel le tissu sec est enroulé et rendu transportable. La charpente rend le séchage 15 fois plus rapide. La modernisation systématique du blanchiment par Christian Streiff entraîne également divers changements structurels.

 

1987
Victor-Steinauer-Streiff reprend la direction opérationnelle de Streiff AG
Image
Victor Steinauer-Streiff

A l'âge de 84 ans, Christian Streiff demande à son gendre Victor Steinauer-Streiff - délégué du Conseil d'administration - de reprendre temporairement la direction opérationnelle de l'entreprise Bleicherei Streiff AG.

Il doit faire face aux défis les plus divers. Victor Steinauer-Streiff comprend rapidement que l'exploitation d'une usine de blanchiment de tissus est un modèle obsolète.

La structure des coûts en Suisse ne permettait pas de suivre le rythme des importations en provenance d'Asie et d'autres pays à bas salaires. La situation est aggravée par la crainte que l'un des principaux clients restants, Tissitura AG à Wald / ZH, ne fasse faillite à court terme. Tissitura AG une entreprise spécialisée depuis 1974 dans la fabrication de couches lavables, y compris les couches en gaze. Depuis 1970, elle est l'un des principaux clients de la blanchisserie.

Comment utiliser de manière optimale les installations existantes de l’usine de blanchiment, y compris les réserves de terrains à bâtir, les bâtiments, les droits d'eau, la petite centrale électrique de Strengenbach, la production de bandages de gypse, l'emballage de pansements et de compresses en gaze, etc. ? La décision : le blanchiment des matériaux de pansement - blanchiment des tissus en gaze - devrait s'écouler lentement pour gagner du temps.

2000
Après 137 ans, la blanchisserie Streiff AG Glarus éteint toutes les machines
Image
Dampf

La pression retombe. La blanchisserie Streiff AG n’est plus une entreprise de blanchiment de tissus, cependant les autres activités commerciales sont préservées.

2007
La centrale hydroélectrique de Strengenbach est entièrement renouvelée.
Image
Wasserkraftwerk

Les renouvellements vont de la prise d'eau à la conduite de pression et du bâtiment de la turbine à la turbine elle-même.

2015
Le conseil d'administration à ce jour
Image
Victor Steinauer-Streiff tritt

Victor Steinauer-Streiff démissionne de son poste de président du Conseil d'Administration de Bleicherei Streiff AG. Le conseil d’administration de la blanchisserie Streiff AG dans sa nouvelle composition (de gauche à droite) :

Philip D. Steinauer, VRP

Frank M. Steinauer

Mathias R. Steinauer

Votre partenaire

Nous sommes à votre écoute pour toute question.

Contactez-nous

Image
Chaine de montagne